Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une ribambelle d'histoires

Une ribambelle d'histoires

Photos, Normandie, Lectures, Cuisine


La peau de chagrin - Honoré de Balzac

Publié par Isabelle sur 21 Mars 2021, 17:07pm

Catégories : #Lectures, #Lectures, cette année je (re) lis des classiques

 

Lecture commune avec Blandine
Livre paru en 1831, roman qui fait partie de la comédie humaine.
Raphaël de Valentin a tout perdu au jeu, le peu d'argent qu'il avait, sa dignité aussi, alors la seule issu qu'il voit est la mort. Il envisage de se jeter dans la Seine à la nuit tombée. Il erre donc dans les rues en attendant le bon moment. Quelque chose l'attire, le pousse à entrer dans le magasin d'un antiquaire où toutes sortes d'objets y sont entassés, c'est là-bas qu'il déniche une peau de chagrin grande comme une peau de renard avec la particularité d'étinceler.
L'antiquaire, aussi bizarre que son magasin, lui explique que cette peau est dangereuse, elle exauce les voeux de son propriétaire mais à chaque voeu réalisé la peau rétrécie tout comme l'espérance de vie de son propriétaire, tant pis ! Raphaël la prend, émet un premier voeu : 

Je veux un dîner royalement splendide, quelque bacchanale digne du siècle où tout s'est, dit-on, perfectionné ! Que mes convives soient jeunes, spirituels et sans préjugés, joyeux jusqu'à la folie ! Que les vins se succèdent toujours plus incisifs, plus pétillants et soient de forces à nous enivrer pour trois jours !...
J'ai besoin d'embrasser les plaisirs du ciel et de la terre dans une dernière étreinte pour en mourir...

Voilà, la mort de Raphaël est enclenchée, plus rien ne pourra l'arrêter...
A chaque fois qu'il pense à vouloir quelque chose, une toute petite chose insignifiante ou une grande chose, la peau rétrécie, emportant un peu de sa jeunesse, comment vivre sans désirer la moindre chose ?
Ce que je pense de cette lecture : J'ai pensé que je n'arriverai jamais à le lire tellement l'épisode du dîner fastueux était ennuyeux, mais demie page par demie page, j'ai réussi à passer ce cap.
Je me suis ensuite beaucoup intéressée au passage ou on découvre comment Raphaël en est arrivé à vouloir mourir, son enfance, son éducation, sa relation avec l'argent, sa rencontre avec Foedora, femme mystérieuse qui sera la cause de tous ses malheurs.
Sa relation également avec sa logeuse et surtout sa fille Pauline, secrètement amoureuse de lui. Passage qui m'a fait penser à la relation de Louise avec Edouard dans le livre "au revoir là-haut" de Pierre Lemaître.
J'ai de nouveau eu du mal à avancer avec les longueurs de la fin, l'agonie de Raphaël est un peu aussi la nôtre, on voudrait que cela se termine un peu plus vite.
C'est une lecture mitigée, j'aime l'histoire,  j'ai aimé le personnage de Raphaël victime de son amour pour Foedora qui s'est joué de lui mais des passages m'ont ennuyé.
J'ai fermé ce livre avec une interrogation : 
Est-ce que tout cela s'est réellement passé, ou bien est-ce que l'entrée de Raphaël dans la boutique de l'antiquaire correspond au moment où il s'est jeté dans la Seine et que pendant les instants qui ont précédés sa mort il a "vu" tout cela  ?
L'épilogue du livre a renforcé ce sentiment, à l'interrogation que sont devenus Pauline et Foedora ? La réponse est que Pauline est la personnification de l'illusion tandis que Foedora la personnification de la société mais alors est-ce que tout cela n'était qu'un rêve ?
Je me suis posée la question aussi de savoir qu'est-ce qu'était réellement une peau de chagrin, je connait bien sûr l'expression, mais avant de voir la réponse à la fin du livre, j'ai cherché et découvert qu'en fait c'est un cuir utilisé en reliure, peau tirée de la croupe des ânes ou des mulets.

"bacchanale" : 1/ fête bruyante et débridée, associée à danse, déguisement, excès de boisson ou/et de nourriture etc.

2/ partie de débauche consistant à boire et à manger avec excès et à se livrer à des actes licencieux. 

voilà un mot que je n'avais jamais entendu ! un des plaisir de relire des classiques, découvrir des mots !  
J'avais lu ce livre au lycée, il m'en restait de bons souvenirs, le souvenir d'un homme brisé par la vie, par l'envie de vouloir toujours plus, je me souviens avoir eu de la peine pour lui et avoir souhaité jusqu'au bout que cette peau arrête de rétrécir et qu'il vive sa vie simplement avec Pauline mais tout ça , il s'en rend compte bien trop tard... J'ai eu ces mêmes sentiments à la relecture, bien que je connaisse l'issu, j'espérais encore une meilleure fin pour Raphaël. 
Sans doute qu'au lycée j'avais déjà survolé l'épisode du dîner !
Allons voir ce que Blandine, Eleonore et Pativore ont pensé de cette lecture.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lizagrece 22/03/2021 18:22

Je relis de temps à autre Balzac et j'y découvre toujours des choses nouvelles

Blandine 21/03/2021 19:08

Comme toi, de nombreuses longueurs m'ont ennuyée, pas forcément les mêmes d'ailleurs!
J'aime beaucoup ton interrogation, qui pousse la réflexion plus loin que la simple lecture. J'avoue être restée plus terre-à-terre (enfin si l'on peut dire ça d'un récit fantastique!)

Et comme toi, j'ai cherché à savoir ce qu'était le chagrin!

Merci pour cette LC!