Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une ribambelle d'histoires

Une ribambelle d'histoires

Photos, Normandie, Lectures, Cuisine


Diloy le chemineau, la Comtesse de Ségur

Publié par Isabelle sur 26 Août 2018, 17:42pm

Catégories : #Challenge de l'été, #Jeunesse, #Lectures, cette année je (re) lis des classiques, #challenge des RE, #Lectures

Diloy le chemineau, la Comtesse de Ségur

Résumé bilbliothèque rose Hachette :

Diloy le chemineau, c’était un pauvre homme qui allait travailler de ferme en ferme .Félicie c’était une petite fille très fière de sa fortune, « une péronnelle «, dit son oncle le général.

Or, un jour, la péronnelle suivant un sentier désert y rencontra le chemineau. Elle se montra hautaine et impolie ; le chemineau, qui avait peut-être un peu trop bu, cueillit une badine et ...

Personne n’était là. Personne ne vit ce qui se passa. Et pourtant tout le monde le sut...

Félicie pardonnera-t-elle au chemineau qui, par deux fois ensuite, lui sauvera la vie ?

Sur ce thème amusant le brillant talent de Mme de Ségur brode mille et un épisodes pleins de vie et d’imprévu. (source le musée de la comtesse de Ségur)

 

La comtesse de Ségur est née à Saint-Pétersbourg en 1799 et est décédée en 1874 à Paris. Elle a écrit de nombreux livres pour enfants, fortement moralisateurs où gentils et méchants s'opposent.

 

Mon avis : Les livres de la Comtesse de Ségur ont été les premiers livres que j'ai lu seule, je me souvenais particulièrement de Diloy le chemineau, que j'avais lu plusieurs fois, pourquoi c'était mon préféré, je ne sais pas trop. Aujourd'hui après relecture il y a plusieurs choses qui m'interpellent :

Tout d'abord, Diloy… ouvrier, pauvre, alcoolique : cela me semble caricatural. Mais ce qui me "choque" c'est que tout le monde  pardonne  ce "brave" Diloy, il est ivre, rencontre une petite fille seule, désagréable et malpolie, certes, mais tout cela n'excuse pas son comportement ! Il bat tout de même Félicie à tel point qu'elle a des bleus partout et a des difficultés à marcher et à remuer les bras !

"...J'ai observé qu'elle souffrait en marchant et en remuant les bras, le lendemain, en lui lavant le cou et les épaules j'ai vu qu'elle avait des bleus partout…"

 

 

C'est toute la trame de l'histoire cet homme qui boit de temps en temps, qui corrige les enfants malpolis mais qui est aussi un sauveur, en fait il n'arrête pas de sauver les membres de la famille d'Orvillet, tout d'abord l'oncle de Félicie, il y a quelques années en Algérie, puis la famille au complet, un ours s'est échappé, puis une seconde fois Félicie, ah ! heureusement qu'il est dans la région Diloy !

 

L'histoire ne dit pas si Diloy renonce à boire, car si à jeun il sauve des vies, ivre, je ne voudrai pas le rencontrer dans les bois !

Ce qui me dérange c'est qu'on excuse son comportement parce qu'il avait bu , plusieurs fois c'est répété dans l'histoire, l'alcool ne peut pas excuser tous les comportements.

"...Je conçois sa répugnance à se retrouver en la présence de ce malheureux homme, qu'on ne peut pourtant pas trop accuser puisqu'il était ivre…"

 

Toute la famille d'Orvillet n'est qu'amour, ils sont riches mais se considèrent égaux face aux pauvres et les aident dès que possible, on se demande où Félicie, hautaine, est allé chercher ses idées et ses airs exécrables de supériorité. 

Les illustrations de cette édition sont caricaturales, je n'aime pas, les pauvres ont tous l'air méchants tandis que les traits des riches sont plus doux.

 

Diloy le chemineau, la Comtesse de Ségur
Diloy le chemineau, la Comtesse de Ségur
Diloy le chemineau, la Comtesse de Ségur

Je me souvenais particulièrement d'un passage, sans doute la raison pour laquelle ce livre était mon préféré, Laurent et Anne, frère et sœur de Félicie offrent aux enfants de Diloy leurs vieux jouets , ils se font un plaisir de les choisir et de les emporter par leurs propres moyens dans la nouvelle maison des Diloy. Laurent et Anne sont vraiment très mignons , adorables, je les ai retrouvés pareils que dans mes souvenirs.

 

Diloy le chemineau, la Comtesse de Ségur

La re-lecture de ce livre m'a donné envie de relire d'autres Comtesse de Ségur pour me faire une opinion; Aujourd'hui, est-ce que j'aime toujours ses livres ? Enfant ce que j'aimais c'était la gentillesse des personnages et la morale de chaque histoire, aujourd'hui adulte, je les trouve vraiment trop gentils, je n'y crois plus vraiment, mais je vais vérifier en lisant d'autres histoires...

Cette lecture entre dans le challenge des Re de Blandine, le challenge "je relis des classiques" de Blandine et Nathalie" et est  ma 9eme lecture du challenge de l'été.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Blandine 29/08/2018 11:39

Comme d'autres, c'est le côté moralisateur qui déplaît une fois à l'âge adulte - et je crois que certains de ses livres sont très/trop datés et il faut repenser sans cesse au contexte social de l'époque de l'écriture. Si j'avais aimé relire en album "Les Malheurs de Sophie", je ne suis pas sûre de vouloir relire les romans...

Isabelle 02/09/2018 18:39

Oui c'est ça, il faut avoir à l'esprit que la façon de vivre et de penser de l'époque étaientt tellement différentes d'aujourd'hui. Je vais tout de même en lire en deuxième, juste pour voir !

Sophie 26/08/2018 22:27

Comme toi j'ai adoré enfants mais j'ai du mal aussi maintenant que je suis adulte !

Isabelle 28/08/2018 16:19

J'insiste, je vais relire "la sœur de Gribouille" !

Nathalie 26/08/2018 19:06

Merci pour cette nouvelle participation ! Je ne me souviens pas avoir lu La Comtesse de Ségur étant enfant (bcp trop moralisateur sans doute pour mes parents !) mais par curiosité j'en ai lu un il y a quelques mois et franchement, je n'ai pas aimé !!

Isabelle 28/08/2018 16:21

Oui, je suis un peu déçue quand même, je vais lire "la sœur de gribouille" dont j'ai un vague souvenir, à suivre...